La mosquée de Paris ne lâche pas le morceau

Publié le par YB

Cinq mois après...
Une fois de plus, la Grande Mosquée de Paris se couvre de ridicule en attaquant « Charlie hebdo » en justice pour « injure publique à l’égard d’un groupe de personnes en raison de leur religion ».

La Mosquée de Paris a choisi la voie de la citation directe devant le tribunal correctionnel de Paris, procédure où l'instruction est faite à l'audience.

Le directeur de publication, Philippe Val, et les éditions Rotatives sont poursuivies par la Grande Mosquée qui leur réclame 30.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral.

Trois caricatures publiées en février par l'hebdomadaire sont visées par cette action: la "Une" (ci dessus) et deux autres initialement parues le 30 septembre 2005 dans le quotidien danois "Jyllands Posten". Pourquoi ces dessins et pas ces autres caricatures bien meilleures dans les pages intérieures ?
 
Cependant, le fond de l'affaire ne devrait pas être examiné avant l'année prochaine par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. (D’après AP, 21 juillet 2006).

La Grande mosquée va-t-elle également attaquer pour apostasie les signataires musulmans du Manifeste des Libertés qui ouvrait le numéro en question ?


-   Ce que pense Soheib Bencheikh des caricatures et des réactions "pathétiques" des Etats arabes (article Le Monde).
- 
nous refusons d'être réduits à une identité religieuse. Oui au blasphème par Ziad Goudjil (Charlie hebdo, 22 fév. 2006)
- 
Des musulmans contre la censure par Yann Barte (Telquel, hebdo marocain, 10 mars 2006)
- 
http://www.boomka.org Des caricaturistes juifs lancent en Israël un concours de dessins antisémites.

Publié dans News

Commenter cet article

Jibril Ziani 07/02/2008 18:52

L'URSSAF sanctionne sévèrement la Mosquée de Paris pour sa mauvaise et désastreuse gestion Le 13 novembre 2007-11-19 Période vérifiée : du 01/2004 au 31/12/2006 Vérificateur : M. Thierry Croisille Objet du contrôle : application de la législation de la sécurité sociale. Après un contrôle approfondi qui a duré plusieurs mois, l'Urssaf de Paris a procédé à un redressement pour des actes irréguliers commis par la Mosquée de Paris. Ce redressement a été chiffré à la somme de 47 945 euros à laquelle il y a lieu d'ajouter les intérêts de retard et les pénalités. Les irrégularités les plus flagrantes démontrent la mauvaise gestion caractérisée, l'incompétence et la malhonnêteté des responsables qui dirigent cette illustre institution qu'est la Mosquée de Paris. Un chèque d'un montant de 8102,61 euros, dont le bénéficiaire n'a pas été identifié : cette somme importante dont la source est bien évidemment l'argent des fidèles, n'est pas perdue pour tout le monde, car l'Urssaf n'ayant pas trouvé le bénéficiaire, a estimé qu'il s'agissait d'un salaire et a taxé d'office la Mosquée de Paris de 3894 euros. Qui a profité des 8102, 61 euros ? Le seul signataire à la Mosquée de Paris, c'est le Recteur (sic…) Le responsable chargé de la sécurité personnelle de Docteur Dalil Boubakeur a perçu des rémunérations sans que la Mosquée de Paris n'effectue de contrôle pour s'assurer de l'existence d'un statut légal de ce soi-disant prestataire de service, en l'occurrence la SARL International SECURITY BODYGARD, société jamais immatriculée auprès de l'URSSAF. M. Abdelmalek OSMAN a trompé la Mosquée de Paris avec la complicité de M. Benamara Miloud, administrateur de la Mosquée de Paris, qui est chargé de vérifier, lors de l'embauche, les CV en tant que directeur de l'Administration. Donc redressement de L'URSSAF d'un montant de 3049 euros grâce à une négligence ou à une complicité ! Il en est de même pour le chargé de communication , M. NADOR Slimane, qui, depuis son recrutement à la Mosquée de Paris, s'est illustré par son alcoolisme, son incompétence et son absentéisme , ce qui donne une image très négative de la Mosquée de Paris, avec un silence complice du Recteur qui déclare ne pas pouvoir le licencier, car protégé par une personnalité influente. Slimane NADOR percevait des indemnités, se faisant passer pour un prestataire de service, déclaré légalement aux différents organismes légaux, alors qu'il agissait clandestinement. La consultation du fichier au sein des tribunaux de commerce a confirmé sa cessation d'activité libérale. Grâce à cette fausse déclaration , la Mosquée de Paris se voit redresser sur la somme de 23 990 euros pour les années 2004 et 2005 pour une rémunération mensuelle de 2286,74 euros. Depuis, son salaire est de 3000 euros mensuel pour 4 heures de travail par jour, ou plutôt de présence dans les couloirs de la Mosquée, avec la bénédiction de son ami Benamara Miloud et la passivité du Recteur. Ces agissements malhonnêtes ont sanctionné la Mosquée de Paris pour un redressement important avec l'argent du contribuable algérien, car l'Algérie subventionne cette institution avec largesse, alors qu'en Algérie le chômage touche la jeunesse. L'URSSAF a également procédé à un redressement concernant un prêt de 4000 euros consenti à M. Cheikh ALSID, parent de Dalil Boubakeur. Cet abandon de créance a été intégré comme avantages en espèces et le redressement a été de 1320 euros que la Mosquée de Paris paie. Pourquoi Miloud BENAMARA n'a pas retenu ce prêt sur les salaires de Cheikh ALSID, car il est responsable de l'Administration ? Négligence, incompétence ou simplement cadeau fait par Dalil Boubakeur à son parent ? Que dire du jugement rendu par le Conseil des Prud'Hommes qui a condamné la Mosquée de Paris à verser la somme de 20 639,32 euros à M. Mostefa MEDJADJI et pour laquelle il y a eu un redressement de 9825 euros, soit un total de 30464,32 euros payé par l'institution. Qui paie ? Argent des bienfaiteurs et subvention de l'Algérie, pays que Dalil Boubakeur ne porte pas dans son cœur. Quant à Miloud Benamara, n’aurait-il pas dû être licencié au vue de cette vérification ? Sa négligence est manifeste, sans compter son incompétence. On ne peut passer de chauffeur de bus en Algérie au statut de directeur de l'administration à la Mosquée de Paris. M. Miloud Benamara n'est titulaire d'aucun diplôme, d'aucune expérience en matière financière et comptable, encore moins en matière de ressources humaines et perçoit le salaire le plus élevé après le Recteur. Il occupe un appartement de fonction sans paiement de loyer et l'URSSAF a procédé à un redressement, car il s'agit d'un avantage : il ne paie ni téléphone, ni EDF/GDF, bénéficie de femmes de ménage de la Mosquée et même de la nourriture qu'on lui porte à domicile, car il tient la bourse de la Mosquée et le personnel le chouchoute. Pour mettre à sa carence intellectuelle, il suit actuellement des cours payés par la Mosquée de Paris 4 jours par semaine. Il a d'autres préoccupations quotidiennes que celles d'agir en contrepartie du salaire qu'il perçoit. Toutes ces malveillances de ces sinistres personnages d'ailleurs complices ( NADOUR, BENAMARA) ternissent encore une fois la réputation de la malheureuse Mosquée de Paris. Il faut rappeler que Benamara Miloud était un clandestin avant sa régularisation. Il a déjà fait sanctionner la Mosquée de Paris. Il avait un titre de séjour de visiteur qui ne lui donnait pas le droit d'être salarié. Toutes ces dérives se passent sous le regard complaisant et irresponsable de Dalil Boubakeur. Ce dernier ne s'intéresse pas à la gestion de la Mosquée de Paris, sa préoccupation première est de tirer tous les avantages dus à sa position : décorations, médias, la Fondation des Œuvres de l'Islam, FNGMP…) dont il est incapable de gérer. Il utilise ses titres pour se glorifier et s'autoproclamer « chef des musulmans ». Les musulmans n'ont aucune considération ni estime à son égard en commençant par sa propre « communauté », c'est à dire les algériens de France. Il est temps, pour ceux qui décident des intérêts de la Mosquée de Paris, d'envoyer cet « individu au musée de l'histoire » toujours accroché au bras de SEDDIKI Djelloul, son parent, lors des visites de personnalités, le faisant passer pour sénile, pour éventuellement prendre sa place, car ce dernier ne se gêne pas de se présenter devant les médias comme vice-Recteur.

Eric 04/02/2007 16:39

Je vote front national, je connais l'islam et j'encourage Mr Soheib Bencheik pour qu'il fasse valoir sa compréhension intelligente de cette religion.

Karima Goulmamine 27/07/2006 21:14

Qui êtes-vous  YB ? D'abord bonjour !
Que faites-vous comme job ?  C'est quoi votre nom , peut-être que je vous connais ?
K.G

YB 27/07/2006 21:59

Journaliste comme toi et nous avons échangé par mail il me semble. Je t'en renvoie un.

Anna 27/07/2006 19:47

Effectivement, vous devriez faire très attention, la Grande Mosquée de Paris pourrait demander l'interdiction de votre blog pour blasphème...
D'un côté, cette affaire est tellement ridicule qu'on pourrait en rire, mais d'un autre côté, l'esprit munichois de nos politiques aurait tendance à me craindre le pire pour l'avenir. Esperons que la campagne électorale de 2007 sera l'occasion d'un sursaut citoyen (on a le droit de rêver! ).
La candidature de Soheib Bencheikh reste toujours aussi confidentielle, contrairement à celle de Dieudonné, c'est inquiétant.

YB 27/07/2006 21:57

A vrai dire, elle n'a pas à proprement parlé commencé. Sans doute à la rentrée.Pour ce qui est de Dieudonné, sa pub est rondement menée par son directeur de campagne, un ex du FN, Marc Robert. A l'écouter d'ailleurs on ne sait pas trop s'il fait l'article de Dieudo ou du Front National, voire des deux. On apprend d'ailleurs de sa bouche que Dieudo a changé sa vision sur le FN qui n'est pas pour lui un parti raciste. Les 2 partis ont en effet bien plus de points communs que de divergences ! On compte aussi une négationniste dégagée des verts, Ginette Skandrani, membre fondateur du comité de soutien de Dieudo ! Bref , que du beau monde !

line 25/07/2006 13:01

merci pour ton passage sur mon blog, je reviendrai une autre fois car les religions ça me branche pas bonne journée

YB 27/07/2006 21:44

Ce n'est pas vraiment le thème de mon blog non plus :-)