L’invité de la semaine Soheib Bencheikh Mufti de Marseille (L'Humanité)

Publié le par Kenavo

L’islam aujourd’hui est interrogé d’une certaine manière. Doit-il être réformé et pourquoi ? Ma réponse est oui. La foi n’est pas la théologie. Elle est le mystère qui transcende l’intelligence de l’homme. La théologie est une tentative de cette même intelligence pour comprendre le mystère. Il s’agit donc d’un travail humain, ancré dans le temps et dans l’espace. Le plus grand bonheur d’une religion vient de sa théologie, mais son plus grand malheur vient aussi de sa théologie quand elle se fige. Cette vérité se lit davantage dans la religion musulmane. L’islam n’a pas de clergé. La seule autorité en son sein est un texte, le Coran. Qui dit texte dit forcément lecture et interprétation du texte. Il est toujours lu et relu au travers des soucis et des aspirations de son ou de ses lecteurs, de ses attentes et de ses problèmes. Le Coran a été accompagné longtemps d’une intelligence créative et interprétative qui a su lui assurer une souplesse et une jeunesse renouvelées. Malheureusement, cette intelligence de la pensée musulmane et de la théologie musulmane est actuellement stagnante et cela depuis huit à sept siècles. Les musulmans d’aujourd’hui, pour partie, vivent le Coran avec la compréhension de leurs lointains ancêtres. Ceux-là entendent appliquer une justice qui était celle d’une société tribale et clanique et qui n’a plus lieu d’être. Ils ont sacralisé le texte et les commentaires faits sur le texte. Ils ont sacralisé l’islam et les exégèses issues de la compréhension des hommes. Cela, aujourd’hui crée un décalage dangereux entre notre statut de citoyens qui vivent leur société et leur siècle et notre statut de croyants qui veulent être en conformité avec une vérité spirituelle. Dans l’état actuel des choses, les deux s’excluent mutuellement. Le croyant fait allégeance à un souverain, se rattache à une lignée familiale et à sa confession. Le citoyen lui, est source de toute légitimité y compris politique. Nous sommes dans un état auquel nous avons légué provisoirement une souveraineté et qui doit justifier son utilité à tout moment. Les deux visions ne correspondent plus à cause d’un anachronisme flagrant entre la pensée religieuse et le vécu des musulmans. Toute réforme de l’islam doit d’urgence commencer par désacraliser le patrimoine de l’islam, tout l’ensemble des textes, des commentaires et du travail théologique autour du texte. Il faut retourner au texte et le relire avec une intelligence neuve, avec la culture et les soucis de l’homme d’aujourd’hui.

(L'Humanité - 11/10/01)

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

Millot Hélène 07/11/2009 11:48


Monsieur Bencheikh,

Vous êtes l'honneur de l'islam en France.

Je ne suis pas musulmane (baptisée catholique, mais de fait libre-penseuse), et ma famille est très mélangée, tant d'un point de vue ethnique que religieux. Et, je vous rassure, nous nous entendons
tous très bien, vu que personne n'est intégriste - même s'il a fallu quelquefois "recadrer" les plus jeunes...

Bien que ne vous connaissant pas, j'ai toujours apprécié vos interventions dans les médias. Ce qui me pose problème, c'est qu'on ne vous voit plus dans les médias depuis un certain temps - alors
que votre parole serait aujourd'hui plus que jamais indispensable, tant sur la question de l'islam (la soit-disant "burqa", qui est en fait un niqâb) que sur la question de "l'identité nationale",
et plus généralement sur toutes les questions annexes.
Et votre parole serait d'autant plus indispensable que, même s'il faut prendre en compte leur discours, il ne faut pas laisser le champ libre à des personnes comme Tariq Ramadan, ou la porte-parole
des Indigènes de la république, qui de fait sapent les fondamentaux du "vivre ensemble".

Voilà : j'attends que vous interveniez sur le media le plus large, c'est-à-dire la télé.
Je suppose que ce n'est pas facile de se faire inviter au JT de 20h sur TF1 ou sur France2, mais il y a d'autres émissions (celle de Frédéric Taddéi sur France 3, ou même celle de Laurent Ruquier
sur France 2, ou celle de Thierry Ardisson sur Canal - émissions qui vous permettraient de porter et diffuser largement votre parole et vos positions).

Encore une fois, vous êtes l'honneur de l'islam en France, et c'est pour cette raison que vous devez vous battre pour que cette conception de l'islam soit prévalente dans notre pays.